Mise en boîte !

Publié le par plumedencre

Ou... heure de gloire des conserveries rochelaises !


Nicolas Appert, en 1795, mit au point un procédé de conservation des aliments après cuisson. En 1824, un industriel nantais reprend ce procédé et a l'idée de faire cuire des sardines dans l'huile avant de les renfermer dans une boîte en fer blanc.

Les conserves de sardines sont nées et avec elles, une nouvelle industrie !

Les premières usines s'installent sur les lieux de pêche de ce petit poisson. En 1827, Philibert Schnelle crée une usine à La Rochelle qui deviendra, quelques années plus tard, la société Basset.

Mais pendant les dix premières années, la préparation des conserves se fait dans un local trop petit pour permettre une plus forte production. Une usine est alors créée àsardines.jpg fait de son éloignement de la cité rochelaise.

A partir de 1843, la production reprend à La Rochelle dans un local plus vaste installée rue St-Michel. Et au milieu du XIXe siècle, quatre fabricants de conserves s'affairent dans la ville. La production des sardines oscille entre 1,5 et 2 millions de boîtes par an et procure du travail, directement ou indirectement à 4000 personnes.

Le tiers des conserves ainsi fabriquées à La Rochelle se consomme en France, le reste part les Etats-Unis, les Antilles françaises, Calcutta, la Réunion et l'île Maurice.

Dans les années 1860, La Rochelle connaît une grave crise. Les sardines désertent les côtes de l'Aunis et la ville ne compte plus que deux conserveries. Charles Basser, père et fils tente de résister jusqu'en 1932 où ils quittent leur usine rochelaise.
fleurs_papillon.gif
Bon mercredi à toutes et tous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article