Vendredi 13...

Publié le par plumedencre

Petite question...

Etes-vous"Paraskaviedekatriaphobe" ?
A moins que vous ne souffriez de "triskaidecaphobie" !

Je vous l'accorde... l'un comme l'autre, ces deux termes sont quasi imprononçables ! Cela tombe bien d'ailleurs... j'ai juste à les écrire !

Peut-être êtes-vous l'un ou l'autre sans le savoir...  Les termes sont barbares mais la chose est commune.

Bon, cela ne vous dit pas davantage... allez, c'est d'accord, je vous aide...


Le mythe du jour qui porte malheur ou bonheur, c'est selon.

Eh oui, nous sommes le troisième et dernier vendredi 13 de cette année 2006...

Ah ! cela commence à vous parler on dirait !

La triskaidecaphobie c'est donc la phobie du nombre 13.
Et la paraskevidekatriaphobie, celle du Vendredi 13.

Parmi les paraskevidekatriaphobes célèbres, il y a l'écrivain Stephen King et la famille Reagan. La phobie de certains nombres (13, 666, etc.) est omniprésente partout, sans distinction de classes sociales.

Première petite anecdote...

L'ancien président américain Reagan possédait un ranch dont le numéro civique était 666 St. Cloud Road. En 1989, pour éviter les malheurs, son épouse Nancy Reagan fit changer le numéro 666 pour le 668. Pour l'anecdote, notons que le nom du président, Ronald Wilson Reagan, possède 6 lettres à chacune de ses trois composantes, donnant par concaténation la séquence 666 !...

Du fait que cette superstition est largement répandue en Occident, certaines pratiques doivent si possible être évitées un vendredi 13 comme les naissances, les mariages, la navigation maritime, la coupure des ongles ou le début d'un nouveau travail.

Le numéro 13 n'est jamais porté en F1 (sauf si le pilote en fait la demande). En 1926, un fait dramatique se déroule. Cette année-là, deux pilotes se tuent à deux semaines d'intervalle en portant ce fameux numéro 13 : Paul Torchy, lors du Grand Prix d'Espagne et le comte Masetti, le 25 avril 1926 à la Targa Florio. Comme Torchy une quinzaine de jours plus tôt, il portait le numéro 13. Depuis ces événements ce numéro ne sera plus jamais attribué en compétition.

Seconde petite anecdote...

Georges Simenon est né, officiellement à Liège le jeudi 12 février 1903, selon une fausse déclaration de son père, Désiré Simenon. En réalité, sa mère, Henriette Simenon, a accouché à minuit dix, le vendredi 13 février 1903, mais elle a supplié son mari de faire une fausse déclaration pour ne pas placer l'enfant sous le signe du malheur !!! ...

Et maintenant à vous de voir comment vous vous situez en ce jour...

 Quoiqu'il en soit, je souhaite à chacun et chacune d'entre vous...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article