Les Catherinettes...

Publié le par plumedencre

Sainte-Catherine... une pourvoyeuse de maris !

Eh oui, Sainte-Catherine est censée veiller aux mariages... Mais savez-vous qui était cette jeune fille dont la vie fut une succession de miracles ?


             Au début du IVe siècle, cette princesse chrétienne d'Alexandrie se fit remarquer par son éruditon et sa beauté. Pour avoir refusé les avances de l'empereur, elle aurait fini persécutée, condamnée à être martyrisée sur une roue garnie de pointes avant la décapitation (ne pas y voir de relation direct avec le couvre-chef, symbole de cette fête des Catherinettes !)

           Le culte de Sainte-Catherine fut répandue en Orient par des moines seulement à partir du IXe siècle, après avoir découvert sa sépulture sur le mont Sinaï.
          Il semblerait que ce soient les croisades qui auraient continué de répandre ce culte en Occident et il devint rapidement très populaire en France.
           Son mariage mystique fit sa réputation auprès des jeunes filles ; son érudion lui valut le patronage des philosophes et étudiants ; et son martyr, celui de ceux qui utilisent une roue dans leurs métiers (potiers, meuniers...)

             Le jour de la Sainte-Catherine, les villageoises coiffaient sa statue à l'église. Au XIXe siècle, la coutume gagna le milieu urbain et vite la Sainte-Catherine devint une fête corporative dans le milieu de la couture.

         Le symbole de cette Sainte-Catherine est bien sûr le fameux chapeau aux teintes jaune (couleur de la faillite, symbolisant à travers ce "blanc défraîchi" le mariage qui tarde) et le vert (couleur de l'espérance et de l'insouciance).


Grâce à la Sainte-Catherine, l'occasion est donnée de faire la fête très largement puisque désormais, la Catherinette peut vivre en couple et être maman célibataire !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article