Hélène de Surgères, égérie du poète...

Publié le par plumedencre

"Ronsard me célébrait
                                du temps que j'étais belle..."


Il y a quelques jours, je vous parlais de Surgères et de son beurre, connu et reconnu... en vous promettant de vous présenter aussi l'égérie du poète qui fait partie de l'histoire de cette petite cité.

      
  En effet, l'histoire de Surgères est marquée par Hélène de Fonsèque, 1546-1618, muse de Ronsard, qui la célébra à travers différents poèmes dont le plus célèbre est le « Sonnet pour Hélène »



"Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle
Assise au coin du feu, dévidant et filant
Direz chantant mes vers en vous émerveillant
Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle..."

        Parait-il que "belle", Hélène de Surgères ne l'était pas tellement !

   Pâle et maigrichonne à l'approche de la trentaine, elle portait alors le deuil d'un fiancé perdu.

    Sage, elle devait, en revanche, l'être assurément puisque cette demoiselle d'honneur de Catherine de Médicis, resta insensible aux
Sonnets à Hélène que Ronsard lui dédia en 1578.  Le poète l'avait remarquée dans le salon de la Maréchale de Retz.


        De guerre lasse, le Vendômois se plaignit à un ami en ces termes... "C'est un grand malheur de servir une maîtresse qui n'a jugement ni raison en poésire (...) Si elle ne trouve bons mes vers, qu'elle les laisse"

       La demoiselle ne se maria jamais et préféra quitter la Cour - après vingt-trois années passées en Piémont comme en France - pour retourner sur ses terres, berceau de sa famille et vivre auprès de son frère en son château de l'Aunis.

Un lien vous guidera dans une recherche plus approfondie... :-)

Égérie de Ronsard...
   
           Hélène de Surgères fut aussi son dernier amour.


A vous qui passez me rendre visite
ce jou
r,
je vous souhaite une bien belle journée... :-)


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article