Les cadeaux... fièvre mercantile...

Publié le par plumedencre

Pourquoi et à qui fait-on des cadeaux à Noël ?

Curieuse question que celle-ci me direz-vous... ;-)


        Ce sont bien évidemment les enfants les premiers bénéficiaires de nos largesses peut-on affirmer mais aussi la famille proche... jusqu'à, parfois, chez certains, une extension assez large !

       Nous sommes nombreux, je pense, à dénoncer le commercialisme effréné de cette fête religieuse à l'origine. Et alors, que dire du matraquage publicitaire des médias tous confondus ?

      Mais nous avons beau nous élever contre ce mercantilisme à outrance, nous tombons tous dans le panneau !

      A mon sens, le tout n'étant pas d'aller jusqu'à épuiser la carte de crédit, l'important étant de choisir le cadeau qui fera plaisir et ne finira pas dans le fond d'un tiroir ou d'un placard ! ;-)


Les français disent
"qu'il est plus facile de donner que de recevoir"

Les anglo-saxons précisent 
"qu'il est plus béni de donner que de recevoir"



         Dans la Rome antique, au moment des Saturnales et des Calendes, on échangeait des branches coupées dans le bois sacré de la déesse Strenia, des poupées et des chandelles.
       Ces présents appelés strenae d'après la déesse qui les patronnait, sont les ancêtres des étrennes.

        Dans les années 1920, une journalise anglaise habitant Paris, raconte le mois de décembre dans la capitale...
"Eh bien, je suis... empoisonnée ! Noël est dans quinze jours et déjà le petit télégraphiste, le facteur, les imprimés, les ceci et les cela usent le tapis de l'escalier et les batteries des sonnettes électriques pour venir réclamer les étrennes" ! ;-)

Autres temps... mais point autres moeurs !

Belle journée
et bons achats à vous !

Commenter cet article