Les repas de fête !

Publié le par plumedencre

Plénitude culinaire certes, mais...
casse-tête pour la maîtresse de maison ! ;-)


Noël a toujours donné lieu à d'abondants et joyeux repas...

Non, non... je ne vous livrerai aucune recette ni aucun menu parce que je suis certaine que vous avez toutes et tous votre petite idée sur vos repas de fêtes...

        Les maîtresses de maison ont toujours eu soin, à cette période, à travers les temps, de plaire aux invités en leur servant des repas copieux - signes d'abondance pour l'année à venir.

         La veillée de Noël était assez sobre sans engendrer pour autant la mélancolie. On se réunissait autour de la bûche flambant dans l'âtre à raconter des histoires, à chanter. On finissait de préparer le repas pour "après la messe de Minuit".

      Afin de n'exclure personne de cette abondance, longtemps, on a respecté la "part à Dieu" - appelée par certains celle du pauvre - sur la table familiale au moment des repas festifs de fin d'année.

       Dans certaines régions, on étendait même cette prévenance aux animaux de la ferme qui bénéficiaient alors d'une double ration de nourriture et qu'on menait boire sitôt le retour de la messe de minuit.
     En Auvergne et en Languedoc, on n'oubliait pas non plus les morts. On laissait, à leur intention, sur le bout de la table, les restes du repas pendant la messe de minuit.

       Au menu, dans les familles moins favorisées, on retrouvait les châtaignes rôties, les beignets, les gaufres, le vin  chaud ou le chocolat. Le tout se consommait dans une franche gaieté.

       En Charente, on adoptait déjà les plats que l'on trouve toujours traditionnellement dans nos assiettes : des escargots et des huîtres.
         N'oublions pas le porc qui constituait souvent le plat principal puisque décembre était le mois où l'on tuait le cochon.


Non, non... je n'oublie pas la fameuse dinde de Noël !


Agréable dimanche à vous :-)
              
                                                                        

Commenter cet article