La coutume de la bûche de Noël...

Publié le par plumedencre

Quoi de plus agréable qu'un bon feu de bois
                              en cette période ?



             Le bois brûlé la veille de Noël revêt une signification particulière. Son feu est un hommage au soleil nécessaire à l'homme au moment où sa force est au plus faible. La bûche était alors placée plus ou moins solennellement dans la cheminée.

        Les moindres signes, tels le bruit et les étincelles, promettaient alors abondance et fécondité. Suivant les régions, la bûche devait brûler toute la nuit ou bien un peu chaque soir pendant les douze jours - période allant de Noël à l'Epiphanie, ou encore lors des "trois feux" - veilles de Noël, du Nouvel An et de l'Epiphanie.

         En France, on place dans l'âtre autant de bûches qu'il y a d'habitants dans la maison. Le feu ne doit pas s'éteindre, sous peine de catastrophes. On s'occupe decette bûche avec les doigts, aucun instrument en fer ne devant la toucher. Les cendres doivent être conservées soigneusement car elles protègent de l'orage, guérissent des maladies et fertilisent la terre..."  

      De nos jours, la "vraie" bûche, garnie de friandises et de verdure a disparu dans nos régions, on peut quand même voir sa trace au moment des repas... je veux parler bien sûr de la bûche pâtissière ou glacée présente sur nos tables.


    Pour la petite histoire, c'est un certain Antoine Charabot, un chef d'une grande pâtisserie parisienne, qui, en 1879, eut l'idée de reprendre ce symbole de Noël pour créer ce célèbre dessert !

Belle journée à vous toutes et tous... :-)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article