Les desserts de Noël...

Publié le par plumedencre

Je vous ai parlé de repas précédemment...

Mais savez-vous que le fait de dépenser ainsi "sans compter" (enfin façon de parler tout de même !) - lors de toute grande fête - a un nom...
C'est ce que l'on appelle le "gaspillage cérémoniel".



        Les repas de fête tendent à s'uniformiser d'une région à l'autre de nos jours... mais dans certaines, les traditions semblent encore fortement marquées - et à mon sens, c'est heureux :-)

        C'est pourquoi, ce jour, j'ai envie de vous parler des desserts de
Noël... et surtout de ceux que l'on prépare en Provence... les fameux "treize desserts provençaux" !

          Dans cette région, le "gros souper provençal" comporte bon nombre de traditions tant culinaires que d'inspiration religieuse.
       Tout est symbolique... jusque dans la décoration de la table, puisqu'on superpose trois nappes blanches représentant les trois personnes de la Trinité, avec un décor éclairé de trois bougies.

        Pour en venir aux "treize desserts provençaux"...

         Dans cette préparation, on
peut y voir une allusion à la Cène. Certains éléments sont incontournables :

La pompe à huile, pain de fête préparé à la maison mais cuit chez le boulanger. On ajoute de l'huile d'olive à la pâte confectionnée de farine, de levain, de sucre de cassonade et aromatisée de zestes d'oranges et citrons. On la déguste trempée dans du vin cuit.

Les quatre mendiants, composés de fruits secs. Ce nom provient de la couleur sombre des fruits secs rappelant celle des robes des ordres mendiants.

Les nougats blancs et noirs.

        Des confiseries et pâtisseries locales, tels calissons ou biscotins à Aix, tarte à la courge à Opedette ou aux épinards à Carpentras.

On complète par des fruits frais, ou des confitures.


Mais je ne vous parlerai pas du pudding - riche et bourratif - sans lequel, la fête de Noël ne serait pas complète pour les Anglais  ! ;-)




      Bon mercredi à vous... :-)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article