Naissance d'une ville...

Publié le par plumedencre

...par Eugène Pelletan (1813-1884), élevé à Royan
          où son père était notaire et juge de paix.


J'aime la façon avec laquelle cet enfant du pays royannais - devenu homme politique à la nature mystique et passionnée - dresse le tableau des premiers aventuriers de la baignade à son époque.

Lisez plutôt...

                "A la manière de livrer leur personne à la vague, un physionomiste expérimenté pouvait juger de leur caractère. Les mères dévouées traînaient à leur suite leurs enfants nus comme des Amours dans toute la grâce de lapins écorchés.

           Les malheureux transis, grelottants de froid et de frayeur, pleuraient et criaient à tue-tête chaque fois que la vague déferlait sur leur corps ; mais leur mère les entraînait toujours dans l'abîme bienfaisant avec une tendresse pleine de férocité.

             D'autres personnes, plus charitables encore, voulaient étendre le bienfait du bain à toute la famille et remorquaient au bout d'une corde un chien récalcitrant, qui arc-bouté sur ses deux pattes de devant et la queue entre les jambes, aurait plutôt consenti à être étranglé sur place que tiré plus avant dans le perfide élément.

                 Les natures sympathiques restaient au bord de la mer dans la frange pétillante de l'écume. Accroupies à trois ou quatre sous un parapluie, elles brodaient en cercle ou faisaient la conversation. A leur côté, les âmes indolentes étendues sur leur ventre mettaient leur volupté à se laisser soulever par la vague et déposer délicieusement sur le sable encore tiède de l'ardeur du soleil.

                 Les natures contemplatives, couchées au contraire sur le dos à la façon de tortues désarçonnées, remuaient lentement les mains et les pieds comme pour gesticuler les rêves paresseux de leur imagination.
 
               Enfin, les natures actives, plongées dans l'eau jusqu'à la ceinture, imprimaient à leurs corps un perpétuel balancement, de haut en bas et de bas en haut, semblable au mouvement d'une machine à vapeur ou du mercure dans un baromètre."

C'était pourtant bien le besoin de ce plaisir qui devait faire de Royan, une ville "
Bloup... bloup... Bonne journée à vous !

Commenter cet article