Le caviar de Gironde !

Publié le par plumedencre

...Sous l'appelation "Parapluie de poche !"


La rivière Uzet a fourni à l'importante minoterie du village l'énergie nécessaire à son fonctionnement jusqu'au début du siècle passé. Mais c'est avant tout, le caviar qui fit la réputation et la fortune du lieu !


           Pourtant, jusqu'au XIXe siècle, si la chair de l'esturgeon girondin est couramment consommée, ses oeufs, eux, servent, au mieux, de pâture aux canards du port !

        Le premier à en reconnaître la valeur est un négociant allemand, en 1890. Dès 1902, la maison rochelaise Toublanc en prend exemple et se lance dans la préparation du caviar, y employant un pêcheur de Saint-Seurin-d'Uzet.

         Après guerre, ce préparateur, s'inspirant des méthodes russes, décide de fabriquer du caviar français et de s'installer à son compte. La Maison Prunier à Paris, est son plus gros client. Il crée bientôt sa propre marque qu'il nomme "Le Parapluie de Poche", en hommage à une princesse russe qui lui avait offert l'objet en question.

           D'autres, après lui, s'essayent à cette activité très lucrative. Juste après la Seconde Guerre mondiale, plus de mille trois cents esturgeons par an sont capturés dans la Gironde. La production de caviar est alors d'environ 3 t, soit un tiers de la consommation française de l'époque.


Cette pêche intensive entraîne à partir de 1965, la raréfaction de ces poissons qui nécessitera l'interdiction de cette pêche en 1981 et la protection de l'espèce.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article