La "Journée des brûlots"

Publié le par plumedencre

...pendant laquelle la flotte française est détruite !



             Sur le mot d'ordre de Napoléon Ier, est construite la plate-forme du futur fort Boyard à la pointe de Coudepont. Il vient inspecter les travaux de reconstruction de la Rade en 1808.
 
           Mais début avril 1809, l'escadre armée à Rochefort pour les Antilles
rejoint dans la rade des Basques, au nord de l'île d'Aix celle venue de Brest. Surgit l'Anglais... s'ensuit la "Journée des brûlots" !


Un brûlot est un navire aveugle, bourré d'explosifs et de barils de poudre que le vent pousse vers les vaisseaux ennemis.


                Le 11 avril, quarante brûlots poussés par un vent fort s'avancent vers les vaisseaux français liés en estacade. Mis à feu au canon, ils explosent. Les rescapés s'enfuient. Débâcle nocturne vers la Charente et échouages en série.

                Le 12 avril, l'Anglais canonne les épaves. Deux sont brûlées par leur équipage. Le navire-amiral et trois autres en réchappent. Deux navires se rendent dont le "Calcutta".
                  Dépourvu d'artillerie, assailli par trois frégates anglaises, son commandant, Jean-Baptiste Laffon, amène son pavillon afin de sauver ses hommes.


                Q'importe... arrêté, jugé et condamné à mort, il est exécuté le 9 septembre 1809 sur le gaillard d'avant du navire-amiral rescapé !


Ne faut-il pas toujours un bouc émissaire...

Commenter cet article