La dinde de Noël !

Publié le par plumedencre

"Le dindon est le plus gros, et sinon le moins fin, du moins le plus savoureux de nos oiseaux domestiques"
Brillat-Savarin


                Depuis le Moyen Age, l'oie a la faveur des grands festins. Elle est aussi prisée par les peuples scandinaves puisque déjà domestiquée dans l'Egypte ancienne.

              Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique du Nord en 1492, il découvre que les indigènes ont domestiqué de grands oiseaux au plumage bariolé. Les missionnaires venus convertir ces âmes, arrivant au Mexique avec Cortès en 1518, constatent l'existence de ce gibier et le dégustent avec plaisir. Tant et si bien qu'ils envoient les premiers dindons et dindes vers l'Espagne.

            De la péninsule ibérique, oeufs et dindonneaux sont exportés à travers le monde jésuite en Europe.
          En France, les pères possèdent une grande ferme aux alentours de Bourges où s'installe le premier élevage de dindes qui approvisionnent le pays.

             Louis XIV, curieux de ces volatiles, accueille des dindes à la ménagerie de Versailles qui mèneront une vie royale au bord du Grand Canal, créant dès lors un emploi... puisque leur gardien portera le titre honorifique de "Capitaine des Dindons du Roy" ! ;-))

             A travers les décennies, le profil de la dinde a changé. Autrefois, les dindes de 40 à 60 livres étaient courantes. Cependant, de nos jours, les familles moins nombreuses et les fours plus petits obligent à privilégier les vériétés plus conformes !

Sans compter qu'avant de passer au four, savez-vous que la dinde est un véritable glouton... capable d'avaler en vingt-quatre semaines une soixantaine de livres de maïs !





Bon début de semaine à vous :-)

Commenter cet article